Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

L'amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j'ai fait une alliance,
j'ai juré à David, mon serviteur :
J'établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

Que les cieux rendent grâce pour ta merveille, Seigneur,
et l'assemblée des saints, pour ta fidélité.
Qui donc, là-haut, est comparable au Seigneur ?
Qui d'entre les dieux est semblable au Seigneur ?

Parmi tous les saints, Dieu est redoutable,
plus terrible que tous ceux qui l'environnent.
Seigneur, Dieu de l'univers, qui est comme toi,
Seigneur puissant que ta fidélité environne ?

C'est toi qui maîtrises l'orgueil de la mer ;
quand ses flots se soulèvent, c'est toi qui les apaises.
C'est toi qui piétinas la dépouille de Rahab ;
par la force de ton bras, tu dispersas tes ennemis.


A toi, le ciel ! A toi aussi, la terre !
C'est toi qui fondas le monde et sa richesse !
C'est toi qui créas le nord et le midi :
le Tabor et l'Hermon, à ton nom, crient de joie.

A toi, ce bras, et toute sa vaillance !
Puissante est ta main, sublime est ta droite !
Justice et droit sont l'appui de ton trône.
Amour et Vérité précèdent ta face.

Heureux le peuple qui connaît l'ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d'Israël.

Frère Pascal Marin

Méditation

Frère Pascal Marin

La répétition n’est pas toujours un signe de sénilité. Elle peut être aussi la manifestation de l’essentiel. L’unique qui compte et mérite d’être dit se doit d’être répété sans cesse. Ici le mot « fidélité » revient quatre fois dans la bouche du psalmiste pour nommer le Dieu en qui il met sa foi. Il vaut certes mieux se fier à ce qui est fidèle ! Et « la fidélité de Dieu est plus stable que les cieux. » Voilà une idée qui nous parle, à nous qui avons perdu la stabilité des cieux cosmiques. Nos cieux, nous savons désormais qu’ils évoluent sans cesse depuis le big-bang jusqu’à la mort thermique de l’univers. Mais ce qui compte dans tout ce mouvant du cosmos, c’est que les cieux dont il est question dans la foi, eux reposent sur une stabilité plus essentielle à notre vie que tout ce qu’il y a dans le cosmos : l’amour de Dieu !

Dieu ne cesse pas de nous être fidèle : « C’est un amour bâti pour toujours, ta fidélité, plus stable que les Cieux. » Elle porte ce qu’il y a de plus merveilleux dans toute la création, la communion des saints : « l’assemblée des saints te rend grâce pour ta fidélité, Seigneur ! » Les saints ont su puiser dans la fidélité de Dieu la force de tenir ferme dans la foi. Et leur sens de la foi les a mis sur la voie de la vie éternelle.

Jésus, ton apôtre saint Paul nous dit de toi : « Si nous sommes infidèles, lui il reste fidèle, car il ne peut se renier lui-même » (*). Ta fidélité, Seigneur, est plus forte que toutes nos infidélités. Elle sait comment réveiller notre foi et raviver en nos vies la joie d’être sauvé.




* deuxième lettre de saint Paul à Timothée, chapitre 2, verset 13