Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Tu as aimé, Seigneur, cette terre,
tu as fait revenir les déportés de Jacob ;
tu as ôté le péché de ton peuple,
tu as couvert toute sa faute ;
tu as mis fin à toutes tes colères,
tu es revenu de ta grande fureur.

Fais-nous revenir, Dieu, notre salut,
oublie ton ressentiment contre nous.
Seras-tu toujours irrité contre nous,
maintiendras-tu ta colère d'âge en âge ?

N'est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre
et qui seras la joie de ton peuple ?
Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,
et donne-nous ton salut.


J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu'il dit, c'est la paix
pour son peuple et ses fidèles ;
qu'ils ne reviennent jamais à leur folie !
Son salut est proche de ceux qui le craignent.
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent
justice et paix s'embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

Frère Philippe Verdin

Méditation

Frère Philippe Verdin

Quand Dieu vient sur la terre, quand Dieu naît de la même terre que les hommes, quand Jésus naît de la Vierge Marie et vient vivre avec vous, il ne le fait pas comme une corvée. Le Fils de Dieu ne quitte pas le sein du Père (*), ne descend pas du ciel pour obéir en râlant. Il n’est pas la personne de la Trinité qui se dévoue. Il fallait qu'il y en ait un qui s'y colle pour sauver le monde, bon c'est bon, j'y vais. Non, il vient parmi nous avec joie. Toute l'écriture le dit, Dieu aime la terre. Dieu trouve sa joie dans la compagnie des hommes affirme le livre des proverbes (**). Mieux, il danse pour nous avec des cris de joie écrit Sophonie le prophète (***). Il danse pour nous quand il nous rencontre ! Alors ce n’est pas le Dieu barbu et impassible avachi dans un nuage, comme se l’imaginent trop de nos contemporains.

C’est un Dieu qui danse et qui crie quand il nous rencontre. Ce n’est pas un Dieu qui nous en veut d’avoir tué son fils et qui nous le fait payer, c’est un Dieu qui aime cette terre et l’a faite belle pour notre plaisir.
Dieu aime tellement cette terre qu’il y passe le plus clair de son temps. Dieu traverse nos vies. Dieu est là mais nous ne le voyons pas. Nous sommes trop absorbés par nos soucis, nos envies, notre nombril. Dieu établit pourtant sa demeure dans notre cœur par la grâce du baptême. Nous le portons en nous, nous le portons sans y penser. Alors que par son Esprit-Saint le Seigneur nous fasse aimer cette terre. Et que cette terre chante son amour du Seigneur.



* Évangile selon saint Jean, chapitre 1, verset 18
** Livre des Proverbes, chapitre 8, verset 31
*** Livre de Sophonie, chapitre 3, verset 17