Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Dieu s'est fait connaître en Juda ;
en Israël, son nom est grand.
A Salem il a fixé sa tente,
et sa demeure à Sion.
Ici, il a brisé les traits de l'arc,
l'épée, le bouclier et la guerre.

Magnifique, toi, tu resplendis
au-dessus d'une montagne de butin.
Les voici dépouillés, ces guerriers,
endormis, tous ces braves aux mains inertes.
Sous ta menace, Dieu de Jacob,
le char et le cheval se sont figés.

Toi, tu es le redoutable !
Qui tiendra sous les coups de ta fureur ?
Des cieux, tu prononces le verdict ;
la terre a peur et se tait
quand Dieu se lève pour juger,
pour sauver tous les humbles de la terre.

La colère des hommes te rend gloire
quand les survivants te font cortège.
Faites des voeux et tenez vos promesses
au Seigneur votre Dieu ;
vous qui l'entourez,
portez votre offrande au redoutable.
Il éteint le souffle des princes,
lui, redoutable aux rois de la terre !



Sœur  Anne Lécu

Méditation

Sœur Anne Lécu

Peur

Il est des hommes qui ont fait croire aux autres que Dieu avait double visage. Un visage de bonté pour ceux qui observaient ses lois, et un visage de colère contre ceux qui s’en éloignaient.
Il est des hommes qui ont utilisé la peur de Dieu, pour asseoir leur autorité, au prétexte de dire son Nom.

Mais c’est bobards et menteries !

Ils flattent en nous les forces qui veulent venir à bout de Toi !

Et voilà que tu viens faire les comptes et prononcer ton verdict.
Ils peuvent trembler – oui – avoir peur, ceux qui ont monté les hommes les uns contre les autres, accusés ceux-ci, divisés ceux-là et fait de ton Nom une arme de guerre !


Tu viens briser – oui – briser le bouclier, l’épée, briser la guerre, casser la guerre, (sans briser le guerrier) ; qu’elle ne soit plus !
Alors, il peut se figer, le char ! Son avenir est la décharge.
Et l’armure du guerrier peut perdre sa brillance ! Elle est destinée au feu de la forge, qui en fera de jolies balustrades, et des râteaux de jardiniers.

Tu viens tordre – oui – tordre les paroles fausses de ceux qui ont tordu ton Nom. Et les menteurs peuvent trembler, car tout ce qui est faussé et vrillé, va subir ta force de redressement !
Une fois déshabillés de leurs menteries, tu les regarderas bien dans les yeux, et ils verront que Toi Seigneur, tu as connu la peur à chaque fois qu’un de nous a tremblé.

Alors, ils connaîtront la « crainte de Dieu », cette phobie que les amoureux éprouvent à l’idée de blesser celui ou celle qu’ils aiment.