Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Je n'ai de repos qu'en Dieu seul,
mon salut vient de lui.

Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je suis inébranlable.

Combien de temps tomberez-vous sur un homme
pour l'abattre, vous tous,
comme un mur qui penche,
une clôture qui croule ?

Détruire mon honneur est leur seule
pensée ;
ils se plaisent à mentir.
Des lèvres, ils bénissent ;
au fond d'eux-mêmes, ils maudissent.

Je n'ai mon repos qu'en Dieu seul ;
oui, mon espoir vient de lui.

R/ Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je reste inébranlable.

Mon salut et ma gloire
se trouvent près de Dieu.
Chez Dieu, mon refuge,
mon rocher imprenable !


Comptez sur lui en tous temps,
vous, le peuple.
Devant lui épanchez votre coeur :
Dieu est pour nous un refuge.

L'homme n'est qu'un souffle,
les fils des hommes, un mensonge :
sur un plateau de balance, tous ensemble,
ils seraient moins qu'un souffle.

N'allez pas compter sur la fraude
et n'aspirez pas au profit ;
si vous amassez des richesses,
n'y mettez pas votre coeur.

Dieu a dit une chose,
deux choses que j'ai entendues.
Ceci : que la force est à Dieu ;
à toi, Seigneur, la grâce !
Et ceci : tu rends à chaque homme
selon ce qu'il fait.

Frères du 28

Méditation

Frères du 28

Rocher imprenable

Le Rocher, c’est ce qui tient bon, comme le point d’appui solide dans un monde qui passe, quand l’homme n’est qu’un souffle. Ce Dieu-Rocher, le peuple de l’Exode dans son histoire s’est adressé à Lui souvent. Mourant de soif au désert, il récriminait alors contre Moïse qui l’avait libéré de l’esclavage du Pharaon. Car il lui fallait endurer des privations plus dures que celles en terre étrangère. Mais l’impossible s’était alors produit : Moïse avait fait jaillir de l’eau du rocher. C’est l’épisode des eaux de Massa et Mériba, au chapitre 17 du livre de l’Exode. Dieu est donc Celui qui est sûr et fidèle. Au moment même où on allait l’accuser de surdité et d’abandon, Il manifeste sa bienveillance et étanche toutes les soifs.

Mais un verset résonne avec une étrange actualité dans nos pays riches (*) : « Si vous amassez des richesses, n’y mettez pas votre cœur » . N’allez pas faire de votre argent, de vos propriétés, de vos biens de consommation, une nouvelle idole. « Là où est votre trésor, là sera votre cœur » nous dit Jésus dans l’Evangile de Matthieu (**). Le pouvoir de l’argent est à ce point tyrannique que Jésus déclare deux versets plus loin : « Personne ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ».
L’auteur du psaume est donc informé de tous les obstacles qui peuvent entraver, pervertir, pourrir la relation de confiance en Dieu. Et c’est donc d’un cœur et d’un élan sans partage qu’il se tourne vers Celui dont il assure :  « Devant lui, épanchez votre cœur : Chez Dieu, mon refuge, mon rocher imprenable »



* verset 11
** chapitre 6, verset 21