Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Ecoute mes paroles, Seigneur,
comprends ma plainte ;
entends ma voix qui t'appelle,
ô mon Roi et mon Dieu !

Je me tourne vers toi, Seigneur,
au matin, tu écoutes ma voix ;
au matin, je me prépare pour toi
et je reste en éveil.

Tu n'es pas un Dieu ami du mal,
chez toi, le méchant n'est pas reçu.
Non, l'insensé ne tient pas
devant ton regard.

Tu détestes tous les malfaisants,
tu extermines les menteurs ;
l'homme de ruse et de sang,
le Seigneur le hait.

Pour moi, grâce à ton amour,
j'accède à ta maison ;
vers ton temple saint, je me prosterne,
saisi de crainte.


Seigneur, que ta justice me conduise ;
des ennemis me guettent :
aplanis devant moi ton chemin.

Rien n'est vrai dans leur bouche,
ils sont remplis de malveillance ;
leur gosier est un sépulcre béant,
et leur langue, un piège.

[Dieu, traite-les en coupables :
qu'ils échouent dans leurs projets!
Pour tant de méfaits, disperse-les,
puisqu'ils te résistent.]

Allégresse pour qui s'abrite en toi,
joie éternelle !
Tu les protèges, pour toi ils exultent,
ceux qui aiment ton nom.

Toi, Seigneur, tu bénis le juste ;
du bouclier de ta faveur, tu le couvres.

Frères du 28

Méditation

Frères du 28

TU ECOUTES MA VOIX

Comment savoir si Dieu écoute? C’est dans ce psaume à la fois une affirmation, “un pauvre a crié, Dieu écoute”, mais c’est aussi une demande : “écoute-moi”.
Tout ce que nous savons de Dieu, c’est Jésus qui nous l’a révélé. Même si nous savons que depuis Adam, Caïn, Abraham, Dieu écoutait l’homme. Il lui parlait et l’invitait à lui parler : “je me tourne vers toi ! “ “je me prépare pour toi”.

Je reste en éveil, dit le psaume d’aujourd’hui, car j’ai beaucoup de choses à dire. Sur ma route, je suis confronté à des “ennemis, à des “pièges” (verset 10) qui me sont tendus et à des “paroles qui tuent”. Le gosier de mes ennemis est un sépultre béant!

Le dialogue avec Dieu “dans sa maison” permet de se réfugier en lui, de s’abriter en lui car il est le “bouclier des justes” (verset 13), celui qui “aplanit leur route” où rôdent des “hommes de ruse et de sang, des menteurs et des malfaisants”.

On est encore loin de l’amour des ennemis et du pardon des offenses! Le psaume au verset 7 parle de la “haine” de Dieu pour les malfaisants. Il parle même de leur “ extermination” au verset 6. Jésus, confronté à la haine de ceux qui ont voulu sa mort sur la croix, nous apprend à les aimer, “même eux” (Matthieu 5, 43 – 48)! C’est un des moines de Tibhirine, le frère Christophe qui nous rappelle que les mots des psaumes font corps avec la situation de violence, d’angoisse et de mensonge. Oui, il y a des ennemis! On ne peut pas nous contraindre à dire trop vite qu’on les aime. Mais son prieur, Christian de Chergé demandera à Dieu de laisser leur bourreau entrer avec eux au paradis… “larrons heureux”!