Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
«Qu'elle est grande, la gloire du Seigneur !»

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble ;
de loin, il reconnaît l'orgueilleux.
Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre,
ta main s'abat sur mes ennemis en colère.

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n'arrête pas l'oeuvre de tes mains.


Frère Franck Dubois

Méditation

Frère Franck Dubois

Au ciel, il roupillait, convaincu que personne jamais n’allait user d’un envoyé mystique, serviteur très zélé, aux ailes dynamiques. J’ai remisé longtemps, mon ange en un placard, victime malgré lui des affabulations de bien des charlatans faussaires astucieux en angéologie, affublant mon ami de masques ridicules.
Aussi fus-je surpris quand l’autre jour au chœur, je crus que ma prière s’envolait droit au ciel. J’avais quelque souci, une peine intérieure, la journée alourdie par beaucoup de misères. Comment venir en aide à ceux qui se confiaient à mon humble prière, moi qui ne sais prier ? Je balbutiais donc comme à l’accoutumée les paroles du psaume sans même y prendre garde, quand je fus élevé comme par l’intérieur. Et c’était avec moi tous ces visages tristes que ma voix transportait bien au-dessus du toit récemment restauré de notre belle église.
Mon ange, allez comprendre, m’avait pris au mot. Convoqué par le psaume, il était descendu, remontant aussitôt présenter ma requête à celui qui là-haut commande à ces puissances. Puis tout heureux sans doute d’enfin avoir à faire il fila sans attendre aux quatre coins du monde, pour prodiguer le bien dont j’étais incapable à ces hommes et ces femmes, sujets de mon angoisse.
J’ai réveillé mon ange, et j’en suis assez fier. Je lui confie depuis diverses commissions : il porte où je ne puis le nom de mon Seigneur, il remporte pour moi les combats les plus durs.