Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

De quel amour j'aime ta loi :
tout le jour je la médite !
Je surpasse en habileté mes ennemis,
car je fais miennes pour toujours tes volontés.
Je surpasse en sagesse tous mes maîtres,
car je médite tes exigences.
Je surpasse en intelligence les anciens,
car je garde tes préceptes.
Des chemins du mal, je détourne mes pas
afin d'observer ta parole.
De tes décisions, je ne veux pas m'écarter,
car c'est toi qui m'enseignes.
Qu'elle est douce à mon palais ta
promesse :
le miel a moins de saveur dans ma bouche !
Tes préceptes m'ont donné l'intelligence :
je hais tout chemin de mensonge.


Sœur  Anne Lécu

Méditation

Sœur Anne Lécu

TOUT LE JOUR

Ta parole Seigneur est la digue de ma vie.
Elle me garde, elle empêche les vagues de me noyer.
Ta parole, c’est la cordée qui me tient quand la montagne est rude et que le sol se dérobe.
Ta parole est une réalité, elle dit vrai, tranche, appelle un chat un chat.
Ta parole est une boussole pour les temps incertains,
Une petite marque blanche et rouge qui montre le chemin.

Moi, Seigneur, j’aimerais bien penser à toi tout le jour, mais voilà que je pense à ce robinet qui fuit, aux courses à faire demain, à cette parole qui m’a meurtrie la semaine dernière, et aux prochaines vacances de printemps…
Tandis que toi, tout le jour, tu penses à moi, tu penses à nous.
Tout le jour, tu aimes la parole du Père et tu la gardes.

Tout le jour, tu surpasses en habileté tes ennemis.

Tout le jour, tu surpasses en intelligence tous les anciens.
Tout le jour Seigneur, tu tiens nos vies
comme on garde un trésor.
Tu tiens nos vies comme des perles fines recueillies une à une dans les huitres fermées que parfois nous sommes.
A chaque heure du jour tu veilles et tous les jours du monde tu veilles et cette loi que nous oublions tout le jour, elle est dans ton cœur, elle est gravée dans ta chair, inscrite dans les paumes de tes mains, et marquée dans la plaie de ton côté.

Tout le jour, Seigneur, tu détournes tes pas pour aller rejoindre ceux qui se sont détournés, et tout le jour, tu es là.
Qu’elle est douce à mon palais ta promesse : jusqu’à la fin du monde, oui, je suis avec vous.
Qu’elle est douce, plus que le miel…