Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Pour toujours, ta parole, Seigneur,
se dresse dans les cieux.
Ta fidélité demeure d'âge en âge,
la terre que tu fixas tient bon.
Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions:
toute chose est ta servante.
Si je n'avais mon plaisir dans ta loi,
je périrais de misère.


Jamais je n'oublierai tes préceptes :
par eux tu me fais vivre.
Je suis à toi : sauve-moi,
car je cherche tes préceptes.
Des impies escomptent ma perte :
moi, je réfléchis à tes exigences
De toute perfection, j'ai vu la limite ;
tes volontés sont d'une ampleur infinie.

Frère Philippe Verdin

Méditation

Frère Philippe Verdin

Tout passera, « mes paroles ne passeront pas » (*). Même les cieux où se dresse la parole passeront. Les paroles du Christ ne passeront pas. La parole de Dieu est éternelle, plus jeune que le brin d’herbe et plus durable que le diamant inaltérable. La parole de Dieu a créé notre monde et elle lui survivra. La Parole de Dieu, c’est le Christ. La Parole de Dieu, c’est un visage qui ne peut pas s’effacer. Il est avant le temps et il règne sur le temps. La Parole de Dieu, ce sont les mots que le Christ nous a donnés en héritage : rappelons-nous : « Dieu est amour ». « Si vous gardez ma parole, vous ne mourrez pas » (**). « L’amour ne passera jamais » (***). Tout passera, tout tombera, tout s’use déjà. Notre corps vieillit, nos œuvres se désagrègent, notre descendance sera poussière. Notre terre, les étoiles, les galaxies disparaîtront. C’est l’entropie naturelle. Mais ce qui a été fait par amour ne s’use pas, ne s’oublie pas. C’est le trésor qui est dans notre cœur et dans celui de Dieu, notre secret à lui et à nous.

Et l’amour fou, l’amour absolu a un visage. C’est celui du Christ. Nous le devinons parfois dans le regard rayonnant d’une fiancée ou dans le regard humble d’un homme qui demande pardon à sa femme pour une trahison. Cela ne s’oublie pas. L’amour fou a un visage que nous cherchons inconsciemment dans tous les gens que nous approchons. C’est le visage du Christ. Lorsque nous aurons franchi le dernier passage, nous le verrons enfin tel qu’il est, resplendissant et irradiant, et nous le reconnaîtrons.
« Pour toujours, Seigneur, ta parole. » Et c’est avec les mots même de Dieu, les mots éternels que le Christ nous a enseignés que nous dirons à Dieu : « Pardonne-nous nos offenses. Souviens-toi de ton amour qui est de toujours à toujours. Souviens-toi des moments de ma vie terrestre où ton amour m’a métamorphosé. Seigneur oublie mes trahisons et mes bêtises. Seigneur accueille-moi dans ton amour éternel. »



* Évangile selon saint Luc, chapitre 21, verset 33
** Évangile selon saint Jean, chapitre 8
*** première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 13, verset 8