Psaume dans la ville

S'arrêter, goûter une parole

Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Oui que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Que le dise la maison d'Aaron :
Éternel est son amour !
Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a exaucé, mis au large.
Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis.

Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ;
mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !


Toutes les nations m'ont encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné, encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné comme des guêpes :
(- ce n'était qu'un feu de ronces -)
au nom du Seigneur, je les détruis !

On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort
le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort ! »

Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.

Frère Franck Dubois

Méditation

Frère Franck Dubois

Bonjour Monsieur le facteur : le saviez-vous ? Eternel est son amour ! 
Et vous, mon ami le banquier : Eternel est son amour ! 
Et le chauffeur de bus ; et le Maître à l’école ; je me plais à rêver que tous voient l’évidence : il faut tout rendre à Dieu, qui nous a tout donné. Mais en attendant qu’un jour mon rêve se réalise, que la ville toute entière se mette à louer Dieu, j’ai résolu en tout de lui faire la place, de me redire sans fin qu’il est à mes côtés.
Avant toute parole, tout acte, toute pensée, me redire, à voix basse : Eternel et son amour !
Pour revivre à chaque heure cette heure décisive où par pure bonté il me donna la vie. Pour déjouer mes peurs et avancer tranquille : il est à mes côté, je suis donc invincible.

Car plus j’aime, comme lui, plus je m’enfoncerai dans l’éternité même où il a sa demeure. Qu’il se fasse pour moi, un Dieu irrésistible, qu’il déverse ses flots et enflamme mon cœur pour y réduire en cendre l’ennemi qui m’enchaîne, pour y noyer la haine dans ses fleuves d’eau vive. Que j’aime, que j’aime encore, qu’il me sauve en entier et me fasse en tout dépendre de lui-même. Je veux tout lui devoir, me remettre à sa vie, lui remettre la mienne.
Au large, je voguerai, emporté par le fleuve.
Et quand de toute ma vie il n’aura fait qu’amour alors uni à lui je serai éternel. Et mon chant de louange gagnera tous les cœurs à l’amour contagieux de mon divin Sauveur.